Entreprise

Le chat sur la pergola On raconte que les chats traversaient autrefois le territoire de Biasca sans jamais mettre pied à terre, de treille en treille. Vincenzo et Marco, les FRÈRES MERONI, en parlent aujourd’hui en duo. Les jeunes plantent des rangées de vigne car ils doivent, à juste titre, optimiser le travail. Mais eux, qui sont vieux (façon de parler) n’en ont plus le temps. Alors, ils récupèrent les vieux vignobles conduits en pergola. Le travail est double, entièrement manuel, mais porte ses fruits à la fin. Parce que le vin naît de la vigne. Le vignoble qu’ils possèdent à Semione, par exemple, o ga trentacinq an (il a trente-cinq ans), et à le mettre en bouche… on le sent et comment ! Quels arômes ! La qualité naît certes de la quantité et il est clair qu’ils en produisent moins qu’il y a vingt ans ! A l’époque, la récolte était de quatorze ou quinze quintaux, aujourd’hui, de six au grand maximum ! Mais c’est aussi le tronc haut qui influe certainement : presque un mètre quatre-vingt, il a plus de feuilles et les feuilles trouvent plus de réserve. L’idée que l’ensoleillement fasse défaut sous une pergola est une idée préconçue. Parce que c’est la feuille qui compte, c’est elle le poumon ! Bien évidemment, la grappe doit être libre et ventilée : la taille verte et importante mais surtout, il ne faut pas avoir hâte : le raisin doit être cueilli lorsqu’il est mûr. Combien les deux frères produisent-ils ? Vingt vignobles sur une superficie de 1,2 hectare donnent 4’500–5’000 bouteilles : quatre qualités barriquées, le BIASCA, le BIASCA RISERVA, le RAMPÈDA et le CARDO, et une non barriquée, le GRANATO.
/
© 2012 fratellimeroni.ch
joomla template